LE VÉLO ÉLECTRIQUE, MYTHE OU RÉALITÉ ?

 

Le vélo électrique ?

 

Pourquoi pas !

 

Pour ma part, quand j’escalade une côte, je suis heureux d’avoir grimpé à la force du mollet.

 

Cependant, on doit admettre que lorsque vous ne passez plus les ponts, le vélo électrique vous aide à basculer du bon côté.

 

Peut-être, mais je considère que, roulant depuis une trentaine d’années autour de Montastruc, je découvre toujours de nouveaux paysages, que je savoure en progressant lentement.

 

Je crains qu’avec le vélo électrique je rate quelques épisodes…

 

Je dois vous avouer que j’appréhende la panne de batterie, parce que tu peux te retrouver en pleine nature hostile, loin de tes bases, à la merci d’un sanglier en déshérence, d’une buse affamée ou d’une biche en mal d’amour !

 

On ne peut, hélas, envisager l’installation de stations électriques à chaque carrefour…

 

Tous ses arguments fallacieux ne sont émis que pour vous faire sourire, car, soyons conscients que, tôt ou tard, il faudra s’équiper…

 

D’ailleurs, on a déjà commencé avec le rasoir électrique, la brosse à dents et le moulin à légumes (prémonitoire ?).

 

 

 

 

ROGER…. Chroniqueur autonome qui fonctionne sans assistance électrique,

 

                   pour tenir des propos abracadabrantesques, qui n’engagent que lui,

 

                   et qui vous recommande d’éteindre la lumière après lecture de ce texte, afin d’économiser les piles !

 

 

 

ROGER de plus en plus…..électrohypersensible

 

En abrégé « EHS »

 


Jeux de mots .....

VELOVE OU JEU DE MOTS

Question du mec à No (une copine chinoise)

– Qu'est-ce que je vous mets comme dents à l'arrière ?

– Bof, mettez moi des molaires

– Et devant ?

– Devant, je dois être incisif, mettez-moi des canines affûtées

– Moi, à votre place, je choisirais des dents de sagesse

– Et pour les plateaux ?

– J'ai bien, pour des marées, un plateau de fruits de mer. Et pour compléter, le grand plateau de... fromage !

– La chaîne ?

– Comme pour Internet, avec des Mails on ne sait jamais !

– Pour la selle ?

– Selle que vous voudrez, de toute façon, je m'assieds dessus !

– Pour le guidon ?

– Comme diraient les moustachus, en guidon de bicyclette !

– Pour les porte-bidons ?

– Notons que mon vélo est déjà pourvu puisqu'il trimballe déjà un bidon, en l’occurrence votre serviteur !

– Pour la chaîne, la question ne se pose pas, mettez-moi la chaîne de l'espoir !

- Voilà, je peux partir tranquille, mon vélo est équipé, mais il va falloir s'occuper du bonhomme !

- Une remise à neuf n'est pas envisageable car on ne trouve plus de pièces d'origine,

- Alors ? Un échange standard ? Pourquoi pas !

- Mais là, je serai exigeant, je choisirai le modèle britannique : un « Frome » avec la moulinette incorporée.

- ALORS, rendez-vous à Montas pour mouliner comme des moulins à légumes !

- Cherchez le légume !!!

- Roger, de plus en plus « incompréhensible » ou plutôt « Un con qui s'est pris en cible !!! »



 

DETROMPEZ-VOUS ? OU DETREMPEZ-VOUS ?

 

Il fait un sale temps, à ne pas mettre un vélo dehors !

 

Alors que faire pendant ces longues soirées d'hiver ?

 

Je vous livre quelques solutions pour améliorer une forme précaire !

 

Squatter votre télé est déconseillé.

 

Le feuilleton « Les feux de l'amour » est insipide.

 

Visionner une arrivée d'étape du tour du QUATAR où il fait 40 degrés à l'ombre peut engendrer une insolation.

 

S'informer sur les cours de la bourse qui montent et descendent, épuisant.

 

Pelle-verser votre jardin pour faire pousser les légumes peut engendrer un effet de mimétisme. Donc abstenez-vous.

 

Alors ,pour éradiquer les idées moroses fredonnez « Le temps des cerises ». ou « La vie en rose ».

 

Et, surtout, ne prétendez-pas qu'à force de chanter vous allez faire pleuvoir car, il pleut déjà !

 

Proclamez votre désaccord avec Verlaine qui a osé écrire :

 

O bruit doux de la pluie

 

Par terre et sur les toits

 

Pour un cœur qui s'ennuie

 

O doux bruit de la pluie¨

 

IL est probable qu'il ne faisait pas de vélo, ou qu'il ne s'est pas encore décidé à prendre une licence au CVM.

 

Parce-que au CVM, la pluie ça nous em.......bête.

 

ROGER...Touché mais pas coulé.

 

07/02/2018

 


IL Y A CÔTE ET CÔTE .......

 

 

Votre chroniqueur habituel vous informe qu'il cesse momentanément ses prestations vélocipédiques au CVM.

 

La raison majeure de cette défection a pour origine les conséquences d'une chute malencontreuse.

 

Moi qui ne casse rien dans les côtes, j'en ai cassé quatre d'un coup, ce qui me rappelle le dicton :

 

 

« Si d'aventure côtes fêlées perdurent, évite les côtes longues et dures »  Dont acte.

 

 

Bienheureusement, j'arrive quand même à tenir mon stylo pour signer mon édito.

 

 

ROGER... un fêlé notoire qui se préoccupe de recoller les morceaux afin de vous rejoindre le plus tôt possible.

 

 

ROGER, désespérément plumitif

 

 

 

PS. Mon boucher n'a pas tout compris lorsqu'il m'a demandé : « Je vous mets les côtes en vrac ? » et que je lui ai répondu « C'est déjà fait !! »


Le point de rencontre ..

 

LE POINT DE RENCONTRE

 

 

 

Les tennis de Montastruc, vous connaissez?

 

Pour la majorité des Montastrucois, c’est un lieu sans histoire.

 

Cependant, détrompez-vous, pour la confrérie du CVM, c’est le point de départ de nos randonnées hebdomadaires.

 

C’est le moment privilégié où les accrocs de la pédale se donnent rendez-vous.

 

C’est un regroupement hétéroclite, une sorte de caravansérail où se côtoient jeunes et moins jeunes, quelques couguars en déshérence, des accrocs de la pédale et autres foutraques plus le daubeur de service (votre serviteur).

 

C’est un lieu incontournable qui mériterait plus d’attention de la part de la Municipalité. Pour ma part, je verrai bien, en ce lieu, une sorte de club house avec un mini bar, sandwicherie, douches chaudes, jacuzzi, bien que nous écartions la présence, réclamée par certains, d’une masseuse perverse!

 

Un tel lieu existe-t-il ?

 

Pour ma part je suis sceptique, fausse (et non fosse, attention à l’orthographe) joie du rêveur utopique que je suis devenu.

 

Bon, trêve de plaisanterie, rendez-vous samedi, même heure même lieu, pour notre balade hebdomadaire dans la bonne humeur habituelle.

 

A chacun sa pharmacopée, pour nous c’est le vélo.

 

Je vais vous livrer un secret : je soupçonne tous ces lascars et autres féminines de se doper à la bonne humeur, ce qui n’est pas répréhensible, vous en conviendrez.

 

Allez, remettez-moi une tournée, mais attention au dosage...

 

Je vous livre la recette du cocktail idéal :

 

- un quart de convivialité

 

- un quart de chaleur humaine - un quart de joie de vivre -un quart de rire -un zeste de bonne humeur Alors, me direz-vous comme Maître Panisse, ça nous donne cinq quarts! Mais bon, ne soyons pas pointilleux à l’excès.

 

ET QUE PERDURE LE CVM !!

 

ROGER ÉTERNEL FOLLICULAIRE

 


 

Ce 23 novembre, alors que le groupe 3 roule à son allure de croisière (tout à gauche), nous nous apercevons que Christian n'est plus là !

Nous tentons !       lire la suite ......

 

 


 

LE MONDE EST PETIT ..

 

Surprise, fin octobre, au départ de notre randonnée du samedi, se présente un cyclo qui ne maîtrise pas très bien le français.

 

Avec quelques difficultés, il nous précise qu'il est Tibétain !

Par gestes et quelques mots d'anglais, nous sympathisons et ce jour-là il va rouler avec le groupe 3. Très vite, nous constatons que, peu expérimenté, il a un bon coup de pédale et qu'il pourra rouler avec le groupe supérieur.

 

Hors de question de lui imposer de rouler avec quelques vieillards cacochymes et autres nanas ménopausées !

 

Réflexions faites, on se rend compte que le monde est petit et que le sport est un excellent moyen pour rapprocher, par exemple, un Tibétain et un Montastrucois, ce qui paraissait à priori improbable !

 

Pour ma part, ayant des origines incertaines et un QI de bêtises au-dessus de la moyenne, je conclurai qu'il vaut mieux un Tibétain roulant à Montastruc, qu'un Montastrucois escaladant l'Everest !

 

Bien que ce soit une affaire de grimpeurs, un sage Tibétain m'a dit « lève les yeux au ciel, regarde les montagnes, d' Angalinat au Tibet il n'y a qu'un pas, mais c'est un pas de géant, alors minus, contente toi d'offrir ton amitié à ce jeune Tibétain et nonobstant tes plaisanteries douteuses, fredonne « Le temps des cerises ».

 

L'amitié n'a pas de nationalité et surtout dis-toi bien que finalement le chemin, de Montastruc au Tibet, n'est pas si loin que ça puisque notre nouvel ami l'a parcouru dans l'autre sens !

Alors, peut-être que pour un prochain week-end club...

Mais, trêve de plaisanteries, et bienvenue à Gyaltsen Phuntsok dit Guenzen.

 

ROGER, aède à ses heures, mais surtout voyageur itinérant statique qui n'en finit plus de rêver !!